Le fonctionnement de la contre-visite médicale

contre-visite médicale

Une contre visite médicale est généralement accomplie par un médecin contrôleur. Elle permet de vérifier l’inaptitude de travail pour raisons médicales, sans juger sur la nature de la maladie. Cette méthode aide à faire diminuer l’absentéisme au sein des sociétés. La contre-visite médicale peut être exécutée si les compensations journalières sont données. Cela est effectué dans la maison du salarié ou au cabinet d’un médecin inspecteur. Mais avant tout contrôle médical, le directeur doit réaliser un examen dans les conventions collectives.

Une entreprise qui doute de la bonne foi de son travailleur

Si une firme a un doute sur la bonne foi de son employé, elle peut solliciter une contre-visite. Ce contrôle peut être réalisé en cas d’infection ou d’accident du travail. Cependant, cette visite ne peut avoir lieu que si la société commence à indemniser le travailleur. La contre visite médicale peut être soumise à des procédés consignés dans le protocole collectif du secteur d’activité concerné. Mais avant de réaliser cette démarche, il est recommandé de prendre un avis auprès d’un avocat-conseil en cas de doute. Lors de la visite médicale, la firme et le responsable du contrôle n’ont aucune prescription de prévenir l’employé de la visite. Toutefois, cette dernière doit être effectuée hors des heures de sortie établies par l’arrêt-maladie.

Le fonctionnement de la contre-visite médicale

La contre visite médicale a pour but de garantir la bonne marche de la société et face aux abus de certains travailleurs, elle est très utile. Dans le cas d’heures de présence obligée, le contrôleur désigné par l’employeur se montrera par surprise au lieu présenté par l’employé sur son arrêt d’activité. Si le salarié est présent, il doit accepter de se faire contrôler par le spécialiste, mais s’il est absent, ce dernier écrit un constat d’absence. Lors d’une contre-visite dans les intervalles de sorties libres, si le travailleur n’est pas présent, il faut lui adresser une convocation l’informant sur le rendez-vous médical. Après cela, le médecin contrôleur accueille le salarié dans son cabinet tout en effectuant une vérification médicale. Mais si l’employé ne se rend pas à l’entrevue et sans une justification, l’embaucheur peut suspendre la rétribution des indemnités supplémentaires.

Les conséquences d’une contre-visite sélectionnée par l’entreprise

Lors d’une contre visite médicale, l’arrêt de travail peut être approuvé ou vu comme infondé. Dans cette dernière situation, le praticien inspecteur avertira son mandant et l’assurance-maladie. Ainsi, la firme peut cesser de maintenir le paiement du travailleur, mais sans réclamer d’être restituée des sommes déjà octroyées. De plus, le fait d’avoir été reconnu comme attributaire d’un arrêt-maladie immérité ne permet pas à la société de réclamer le retour immédiat de l’employé à son travail. En outre, le salarié peut se faire ordonner un nouvel arrêt de travail.

La contre-visite médicale est donc une opportunité offerte aux entreprises pour inspecter le bien-fondé de l’arrêt-maladie de ses travailleurs. Pourtant, il faut signaler que le recours trop répété à ce genre de visites peut être fixé comme une forme de harcèlement. Dans les arrêts de travail trop abusifs, il est alors conseillé de demander conseil auprès d’un avocat.

Licenciement abusif : trouver un avocat spécialisé en ligne
Comment devenir développeur web Freelance ?